Mon avis sur la compagnie Goldenway Pets pour le voyage de mon chien vers l'Australie



Voici un article où je partage avec vous mon expérience sur le déroulement du voyage de mon chien.  Si vous souhaitez connaître les démarches à suivre pour faire voyager votre chien vers l'Autralie, vous pouvez les retrouver sur l'article Faire voyager son chien en Australie.

Avant tout, je tiens à préciser que cet avis est vraiment basé uniquement sur mon expérience personnelle. J’imagine, et j’espère pour eux, que ce n’est pas toujours comme ça. J’avais quand même vu des bons avis sur eux, sinon je ne les aurais jamais choisis au départ. Mais une chose est sûre, basée sur mon expérience je ne les recommande absolument pas.

Si vous souhaitez connaître les démarches à faire pour que votre chien voyage vers l'Australie, vous pouvez retrouver le protocole à suivre pour préparer le départ dans cet article. 

Il faut savoir que j’ai envisagé de partir en Australie en janvier 2019 (pour un départ début 2020). Au début je ne savais pas trop si prendre Bahïa avec moi, sans même parler d’argent, elle avait quand même 13 ans, je savais pas si c’était raisonnable de lui faire faire un aussi long voyage. Et puis après réflexion, je me suis rendue compte qu’être séparées serait difficile pour l’une comme pour l’autre et j'étais donc prête à la faire venir avec moi. 

Je m’étais rapidement renseignée sur le protocole vétérinaire à effectuer donc j’avais déjà commencé à la vacciner contre la rage, la pucer (elle n’était que tatouée) et en Juin j’ai commencé à demander des devis pour connaître les prix des différents organismes. Je me suis également renseignée sur les modalités, les articles sur internet et c’est donc en prenant tous ces critères en compte que je me suis orientée vers la compagnie Goldenway Pets. 

Voulant réduire le coût déjà très cher, j’avais pris la décision de faire moi-même la demande de permis d’importation qui est tout à fait accessible au particulier. Sachant que Goldenway Pets facture rien que le fait de faire la demande en ligne à votre place : 180€ (+ le prix du permis de 480 AUD). En octobre, je prévois donc de faire la demande pour être sûre que tout soit fait à temps. Voyant la procédure, et notamment les petites lignes qui disent que si tout n’est pas en ordre, le chien ne sort pas de la quarantaine, voir peut être euthanasié, j’ai forcément pris peur et ne l’ai pas fait tout de suite. 

En plus niveau budget ça devenait compliqué, donc j’ai commencé à nouveau à remettre en cause la venue de Bahïa en Australie. J’ai commencé à me dire qu’il fallait peut-être mieux que Bahïa nous rejoigne une fois qu’on était installés à Sydney. Avec un travail déjà sur place pour m’aider à financer le voyage ça serait plus facile à organiser et moins de pression à gérer en même tant que tout le déménagement vers l’étranger. 

Finalement pas évident de trouver quelqu’un pour accueillir Bahïa en attendant, et puis même tout simplement de me séparer d’elle. Je décide donc la faire venir en même temps que nous et reprends donc contact avec l’organisme pour qu’elle s’occupe de tout. 

On est mi-décembre, j’explique à mon interlocutrice, que finalement Bahïa vient bien avec nous. Notre départ est prévu pour le 22 janvier et je lui demande qu’elle me dise tout ce que je dois faire pour qu’elle puisse partir en même temps que nous. Je l’informe que je souhaiterais que ce soient eux qui fasse la demande de permis d’importation pour être sur que tout soit en ordre. Elle me demande les documents nécessaires pour pouvoir tout faire et je lui envoie dans la foulée. 

On était le 19 décembre, (encore dans les délais pour la dernière étape du protocole vétérinaire), je n’ai aucune nouvelle après. En période de fête je me dis bon, c’est peut-être normal je vais attendre un petit peu. Je la relance donc le 2 janvier pour savoir si elle avait bien reçu tous les documents et elle me répond le 6 pour me dire qu’elle n’avait rien reçu. 

Première surprise, (je vais appeler ça des surprises pour rester gentille) comment se fait-il que sachant nos dates de départ, elle n’ait pas cherché à me relancer si elle voyait que les documents nécessaires à toutes les démarches n'étaient toujours pas arrivés. Je lui renvoie donc tout immédiatement mais elle me dit que forcément, on est maintenant hors délai. Mon interlocutrice me donne donc un calendrier des démarches pour un départ de Bahïa fixé par elle le 13 février. Forcément là c’est le choc. A moins de 20 jours de mon départ, il faut que je trouve quelqu’un pour pouvoir me garder Bahïa jusqu’au 13 février. C’est très gentiment la sœur de mon copain qui nous a dépanné et qui a accepté de garder Bahïa les presque trois semaines entre notre départ et celui de Bahïa. C’était un poids en moins mais bon, pour Bahïa cela signifiait que je n’allais pas pouvoir rester avec elle avant son long voyage déjà assez stressant, qu’elle allait devoir changer de famille et  de maison... Bref, quelque chose que j’aurais aimé pouvoir lui éviter. 

Deuxième surprise, le 28, janvier, je reçois un mail pour dire qu’ils n’arrivent pas à faire la demande de permis d’importation puisque ma carte ne passait plus. Et oui entre temps j’avais eu plein de dépenses à faire en Australie, forcément le palier était atteint, je me dépêche de le débloquer. Mais je me demande quand même pourquoi ils ont attendu le 28 janvier pour faire la demande alors qu’ils ont tous les documents depuis le 6 janvier quand je leur ai tout renvoyé… Apparemment le document RNATT à faire remplir par la DDPP n’était pas complet, la personne avait donc du le refaire remplir, c'est pour cela qu'ils n'ont pas pu faire la demande avant.

Sur le document, on peut voir que le document avait été refait le 22 janvier 2020. Ils ont donc quand même attendu plus de 15 jours pour refaire les papiers correctement, et fait la demande de permis encore une semaine après avoir tous les papiers en ordre. Bref, la situation est débloquée, ils arrivent à faire la demande de permis d’importation le 30 janvier. Sauf que le 6 février, 6 jours avant le départ de Bahïa, je reçois un mail pour me dire qu’ils n’ont toujours pas reçu le permis d’importation et donc le départ à la date qu’ils m’avaient donné était compromis.

En plus de ça, au lieu de recevoir la réponse pour le permis d’importation, ils ont reçu un mail du ministère de l’agriculture Australien pour les avertir que Bahïa faisait partie de ce qu’ils appellent les chiens âgés, que le voyage serait donc d'avantage risqué pour elle et qu’ils nous conseillent de confirmer auprès du vétérinaire de Bahïa, qu’elle soit bien en bonne santé pour assumer le voyage. Forcément, moi qui stressais déjà beaucoup de faire voyager Bahïa, ça me remet un coup de pression, je remets tout en question. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de prendre le risque de faire venir Bahïa ?

J’appelle d’urgence le vétérinaire à Caen pour voir ce qu’il en pense. Il ne peut pas me donner une réponse précise, ce que je comprends, mais il me dit qu’avec tous les examens qu’on a fait, d’un point de vue clinique, il n’y a rien qui pourrait nous indiquer que le voyage soit à risque pour Bahïa. Bref, en deux heures, on se ressaisit, Bahïa vient quand même en Australie. J’envoie un mail à Goldenway Pets pour leur confirmer que je veux tout de même poursuivre les démarches. De mon côté j’appelle directement le ministère de l’agriculture australien pour également leur dire de débloquer la situation. J’essaie de voir s’il y a une possibilité de faire en sorte qu’il soit accordé à temps pour son départ le 13 mais malheureusement les démarches font qu’ils ne peux pas me le garantir. En tout cas, la personne très agréable et compréhensive.

Mon interlocutrice de Goldenway Pet me transmet donc un nouveau planning pour Bahïa, pour un départ non pas le 13 février mais le 26. Soit deux semaines après quand même. La preuve que même s’ils avaient eu le permis d’importation le 6 février à la place du mail nous mettant en garde, les délais étaient déjà trop courts. Il faut savoir que Goldenway Pets organise des départs uniquement les mercredi et jeudi, donc dans tous les cas le départ allait obligatoirement être repoussé d’une semaine, mais là, il en fallait visiblement deux. Je commence donc à comprendre que le premier planning fournit par l’organisme était dans tous les cas très peu réaliste et impossible à réaliser vu la date à laquelle ils avaient fait la demande de permis d’importation. Alors qu’on les paye quand même 180€, JUSTE pour faire la demande de permis d’importation qu’ils ne sont même pas capables de faire à temps. Heureusement les 2 des trois derniers RDV vétérinaire, à faire dans les 45 jours du départ et qu’on avait déjà fait, étaient toujours valables pour un départ deux semaines plus tard.

Du coup, départ de Bahïa prévu pour le 26 février. La sœur de mon copain qui la gardait n’était plus en mesure de la garder encore deux semaines, il a fallut trouver une nouvelle personne pour en prendre soin, donc encore un stress supplémentaire pour Bahïa.

Troisième surprise, la veille du dépôt de Bahïa à l'aéroport, je me rends compte que je n’ai pas été encore prélevée pour le vol et tout ce que je devais à Goldenway Pets alors qu’il était indiqué qu’il fallait que tout soit payé avant le départ. Ils avaient pourtant toutes mes coordonnées bancaires. Étonnée que personne de l’organisme ne s’en soit préoccupé, j’appelle de toute urgence en plein milieu de la nuit en Australie, pour savoir où ça en était. Visiblement c’était à moi de payer cette facture, les coordonnées bancaires servant uniquement pour effectuer les paiements directement pour la partie Australienne. On me confirme que en effet, sans paiement à temps, le départ de Bahïa était compromis. Je suis là complètement choquée que personne n’ait cherché à me relancer vu la date de départ imminent. C’est quand même incroyable et un manque de professionnalisme total de leur part, que la veille d’un départ, personne ne ce soit inquiété que ça ne soit pas encore payé. Je solutionne le problème au plus vite et j’en profite pour leur dire que pareil, la quarantaine n’a toujours pas été payée non plus.

Quatrième surprise, comme par magie alors que je les ai relancé la veille, ils m’envoient un mail pour me dire qu’ils ont reçu la confirmation de réservation de la quarantaine mais pas le mail de paiement. Du coup, ils n'ont pas pu payer à temps la quarantaine et Bahïa ne pouvait plus arriver à la date indiquée. Donc à nouveau, Goldenway Pets a manqué de professionnalisme en ne se préoccupant pas de ne pas avoir reçu la facture de la quarantaine malgré la réservation. La quarantaine ne pouvait donc plus accueillir Bahïa à la date réservée (mais pas payée). La quarantaine n’ayant plus non plus de place pour une arrivée le jeudi ou le vendredi de la semaine d’après (et oui il faut toujours décaler d’une semaine les départs de France), Goldenway Pets décide donc exceptionnellement de la faire voyager avec une autre compagnie pour qu’elle arrive à Melbourne le lundi 2 mars.

A nouveau, il fallait donc s’organiser avec la personne qui la gardait pour décaler la date de dépôt à Paris, qui n’était plus le 25 mais le 28 février. Une vraie galère ! Enfin bref, le départ de Bahïa se fait bien le 29 février pour une arrivée en Australie le 2 mars à 7h du matin. En principe, j’allais donc savoir à mon réveil si Bahïa était bien arrivée, en bonne santé et tout.

Cinquième surprise, la matinée passe et je n’ai aucune nouvelle de Goldenway Pets pour me dire si Bahïa était bien arrivée. Il faut que j’attende 19h à Sydney soit 12h après l’arrivée de Bahïa pour avoir une confirmation que tout s’était bien passé. Alors je veux bien qu’il y ait le décalage horaire en France, mais c’est quand même inadmissible qu’ils n’aient pas prévu quelque chose pour me prévenir que Bahïa était saine et sauve. Heureusement, dans toutes les copies de mail qu'ils avaient envoyé à la quarantaine, j’avais réussi à retrouver le numéro de réservation de Bahïa et j’avais déjà appelé la quarantaine directement pour prendre des nouvelles. Autrement, jamais de la vie je n’aurais tenue 12h sans savoir si Bahïa était bien arrivée. Ils auraient du au moins me donner eux même le numéro à contacter et pas que ce soit à moi de me débrouiller pour le chercher. Avec le prix qu’on paye, ça devrait être le minimum de leur part.

La quarantaine se passe très bien, je prends régulièrement des nouvelles de Bahïa. Le personnel est très gentil, à chaque fois on me dit qu’il n’y a pas de souci si je veux rappeler le lendemain ou quoi. 

Et puis là, surprise numéro 6, on reçoit jeudi matin en Australie un mail de la part du vétérinaire de la quarantaine pour dire que le document RNATT n’est pas complet et qu’il manque le numéro de puce de Bahïa. Goldenway Pets a fait la connerie de mettre dans le dossier qui accompagnait Bahïa, le document incomplet plutôt que celui qu’ils ont eux même refait faire en janvier. Du coup, obligé de faire remplir le document par un vétérinaire de la DDPP au plus vite pour que Bahïa puisse sortir à temps de la quarantaine. Forcément on n’a pas eu de nouvelles de France avant vendredi soir ici, donc ça n’a pas pu être pris en compte avant mardi en Australie, puisque lundi s’était férié à Melbourne. Je n’ai donc su que mardi 10 mars que Bahïa était bien prête à partir de la quarantaine le jeudi 12 mars.

La encore, petit stress parce que du coup je me suis dis, avec le décalage horaire, si ça se trouve ils n’auront pas le temps d’organiser le vol à temps vers Sydney ou quoi. Mais non heureusement mercredi dans la journée je reçois un mail de la compagnie australienne qui s’occupe du transfert de Bahïa pour me communiquer l’heure d’arrivée le lendemain.

J’ai donc enfin pu retrouver ma petite Bahïa le 12 mars, en bonne santé. Très fatiguée mais super heureuse d’être de nouveau avec nous !

 Voilà donc mon expérience avec la compagnie Goldenway Pets International. Comme vous le verrez, ça n’était pas du tout positif pour moi. J'ai du les relancer plusieurs fois pour avoir des nouvelles, pour leur dire de regarder les mails parce qu'ils ne réagissaient pas. Étant déjà en Australie, c’était très compliqué de devoir tout gérer à distance. Je suis consciente que le voyage ne doit pas être facile à organiser, et qu’ils dépendent également du ministère Australien pour les délais de validation du permis, etc. Mais c’est à eux d’anticiper ça, ce n’est quand même pas normal d’avoir du décaler deux fois la date du départ de Bahïa.

Faire voyager son chien en Australie



Voilà un article que beaucoup d’entre vous m’ont demandé. L’Australie est une destination dont beaucoup d’entre nous rêvons de visiter pour une durée plus ou moins longue, mais ce n’est jamais facile de partir longtemps en laissant son chien derrière nous. On souhaite donc qu’il fasse parti de l’aventure avec nous. Le voyage est long, contraignant et cher, donc ce n’est pas une décision à prendre à la légère. 

Je vous ai donc préparé un petit récapitulatif du déroulement du voyage si vous souhaitez emmener votre chien en Australie. Je vais faire deux articles à ce sujet, dans un premier temps partager avec vous les étapes « officielles dans la préparation » du voyage, puis un autre avec mon avis sur la compagnie Goldenway Pets via laquelle je suis passée pour faire toutes les démarches.  J’espère pouvoir au maximum vous aider et répondre à vos interrogations. N’hésitez pas si vous avez d’autres questions à me les poser en commentaire ou via les réseaux sociaux. 

Je précise que cet article est basé sur mon expérience personnelle, qui peut différer d’une personne à l’autre, tout comme les prix peuvent évoluer. Je ne vais pas mettre de petites étoiles ou de symboles pour vous donner une simple idée du prix comme on peut souvent trouver, mais le prix arrondi de ce que cela m’a réellement coûté. Les informations ne sont pas faciles à trouver et le prix est malheureusement un facteur décisif également pour beaucoup de personnes. Autant pouvoir s’y préparer à l’avance au maximum. 

Envoyer son chien en Australie 

Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est que pour un chien provenant de France, il doit effectuer 10 jours de quarantaine à Melbourne une fois arrivé en Australie. La durée peut changer selon les pays d’origine c’est pour cela que je précise en provenance de France. De ce fait, le chien doit obligatoirement voyager isolé du reste des voyageurs, et c’est pour cela que malgré une petite taille, il ne pourra pas voyager avec vous, mais devra obligatoirement voyager en soute. 

Et là encore, ce n’est même pas sûr que ce soit dans votre avion, puisque le chien doit être « envoyé par une compagnie de fret ». Les mots sont durs mais c’est la réalité, qu’il faut réussir à encaisser. On envoie son chien comme un colis. Bien sûr, il sera dans des conditions particulières et à chaque étape du voyage il y a des personnes pour vérifier si tout se passe bien et pour lui donner de l’eau. Mais ça reste pour moi la première difficulté que j’ai du accepter, qu’était le fait de devoir « envoyer » mon chien en Australie.

Pour cela, ce n’est pas votre compagnie aérienne qui s’occupe du voyage de votre chien mais une compagnie de fret spécialisée dans le transport d’animaux vivant. C’est elle qui s’occupera de réserver le vol dans lequel voyagera votre animal, de gérer le transfert vers la quarantaine ainsi qu’un éventuel voyage si votre destination finale n’est pas Melbourne, lieu de la quarantaine. Elle va également pouvoir vous accompagner dans le calendrier des démarches vétérinaires à faire avant le départ, ce qui n’est pas négligeable si on veut être sûre que tout soit fait correctement et que la quarantaine se passe bien. 

Une fois que vous avez pris la décision d’emmener votre chien avec vous en Australie, il faut savoir que le voyage est à anticiper au moins 6 à 12 mois en avance. Les procédures pour entrer en Australie étant très strictes et longues. 

Protocole vétérinaire pour le voyage en Australie 

Toutes les informations concernant le protocole à suivre sont disponibles sur le site du gouvernement de l’agriculture australien.  Avant toute chose, vérifier que la race de votre chien est autorisée à l’importation en Australie. Par ailleurs, votre chien doit obligatoirement être pucé et vacciné contre la rage. 

  • Dans un premier temps, il faut effectuer une prise de sang afin de constater le taux d’anticorps antirabiques. Cette prise de sang doit être faite au minimum entre 6 à 24 mois avant le départ du chien. Si le chien n’était pas déjà régulièrement vacciné contre la rage, il faut le vacciner et attendre environ 1 mois avant de pouvoir faire la prise de sang. Les résultats de la prise de sang (faite par un laboratoire agréé) doivent être remis au vétérinaire de la DDPP de votre région qui remplira ensuite le document RNATT.
Pour ma part, j’ai choisi de faire un bilan sanguin complet en même temps afin de vérifier la santé de Bahïa et être sure qu’elle était en condition pour supporter le voyage.


  • Le chien doit être vacciné contre : 
    • Ehrlichia canis 
    • Leishmania infantum - 
    • Brucella canis (si non stérilisé). 

  • Dans les 45 jours avant le départ, le chien devra bénéficier CHEZ LE VETERINAIRE d’un traitement antiparasitaire interne et externe (puces, tiques, vermifuge). 

  • 21 jours après le premier traitement, le chien doit retourner chez le vétérinaire pour un nouveau traitement antiparasitaire interne et externe. Vous devez également lui faire une prise de sang pour tester les vaccins contre l’Ehrlichiose et la Leishmaniose (et Brucella canis si nécessaire).

  • La veille du départ, vous devez retourner chez le vétérinaire pour effectuer un traitement antiparasitaire interne et externe de votre chien. Le même jour, vous devez également vous rendre chez le vétérinaire de la DDPP afin qu’il remplisse le certificat sanitaire
Les prix varient selon votre vétérinaire mais comptez bien entre 300 et 500€ pour toutes ces étapes. Pensez à bien faire remplir à chaque visite le Passeport de votre chien (et non carnet de santé), en indiquant bien tout ce qui a été effectué à chaque rendez-vous.

Frais du voyage 

Il est important de distinguer les frais que vous allez payer directement à l’organisme qui s’occupe du voyage de votre chien, des frais que vous régler directement en dollar Australien au ministère de l’agriculture Australien. 

Les prix dont je vous parle sont une moyenne faite entre plusieurs devis que j’avais demandé avant mon départ. Ils sont là pour vous donner une idée du coût global du voyage, pas pour vous faire un devis exact. Ils peuvent d’ailleurs varier selon les options que vous demandez d’inclure.

A payer à l'organisme : 
  • Préparation du voyage (papiers pour la douane, documents aériens …) = environs 500€
  • Vols Paris - Melbourne et Melbourne - Sydney = Environ 1500-2000€
A payer à l'Australie : 
  • Permis d’import : 480 AUD 
  • Pré-réservation de quarantaine : 29 AUD 
  • Réservation de quarantaine pour 10 jours : 1583 AUD 
  • Frais de Handling et aéroportuaire payable à la sortie de la quarantaine : environ 232 AUD 
Le tout étant à régler au fur et à mesure des démarches, dans le mois précédant le départ.

Voilà donc une idée du prix que vous coûte de faire voyager votre chien vers l’Australie. On est d’accord ce n’est pas donné du tout. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai hésité à emmener Bahïa avec moi. Parce que je n’avais tout simplement pas les moyens d’économiser pour MON voyage et celui de Bahïa en même temps. Heureusement ma famille a beaucoup aidé et je leur en serai toujours reconnaissante. 

Pendant la quarantaine, vous n’avez pas le droit de visiter votre chien. Cependant vous pouvez prendre des nouvelles de votre chien à tout moment. J’ai vraiment trouvé le personnel adorable, toujours prêt à répondre à mes questions par téléphone. Ils n’avaient aucun souci pour que je les appelle régulièrement et c’est vraiment très rassurant en tant que propriétaire de savoir qu’on peut prendre des nouvelles fréquemment. 

Après les 10 jours de quarantaine, Bahïa m’a rejoint par avion à Sydney, donc ce n’est pas moi qui me suis occupée de la sortie de quarantaine. Les démarches et procédures ont été prises en charge par l’organisme donc je ne peux pas trop vous donner de détails à ce sujet. Mon chien a bien vécu le voyage, pas de problème de santé ni rien. Elle a perdu un petit peu d’état et de muscles mais rien de grave. Après une bonne journée à dormir, elle était en pleine forme de nouveau malgré ses 14 ans. Elle est prête à vivre à fond sa nouvelle vie Australienne. 

#1 L'arrivée en Australie



Ça y est, premiers jours à Sydney !! Après une année de préparation, nous voilà bel et bien entrain de poser nos valises (et cartons) en Australie. Je ne vous cache pas que j’ai encore beaucoup de mal à y croire. Les dernières semaines à Caen ont été tellement speed que je n’ai pas eu le temps de comprendre vraiment ce qui était entrain de se passer. Tout ce qui comptait c’était de vider l’appartement à temps !

Et puis nous avons rendu les clés, pris le départ pour Paris et enfin embarqué pour un long voyage. Et c’est là qu’on a commencé à vraiment réaliser. C’est vraiment une fois assise dans l’avion (les galères de l’aéroport passées, car là aussi ça a été la course ^^), que j’ai réalisé que ça y est, je partais m’installer en à Sydney. Et qui plus est, avec mon chéri qui a tout quitté pour vivre cette aventure avec moi. J’ai compris (encore plus) la chance que j’ai d’être avec lui, et vu à nouveau tout ce qu’il était prêt à faire pour moi.

Le voyage s’est très bien passé. On a réussi à changer nos places pour se retrouver à côté, ce qui n’était pas le cas au début et j’avoue que ça aurait été galère d’être chacun à un coin de l’avion. On a vraiment bien mangé, ce qui compense le peu de sommeil qu’on a eu !

Après 28h de voyage, nous voilà atterris à Sydney, on passe la douane puis récupérons les bagages vraiment rapidement. On sort pour retrouver mes sœurs qui nous attendent avec une affiche pour nous accueillir. Trop mignon!! C’est officiel, on est à Sydney !  Nos manteaux et pulls qui ne rentraient plus dans la valise nous le font vite remarquer, il fait super chaud ! Trop contente d’être là avec ma famille ! Elles nous emmènent à l’appartement, notre nouvel appartement avec ma petite sœur et Max. Il est vraiment trop bien !



Déjà deux nuits à l’appartement, on prend tout doucement nos marques. On s’installe comme on peut. Il y a tout à acheter. Chaque nouvel achat est un nouveau pas vers l’installation et la création de notre chez nous. J’ai du mal à me dire que dans deux semaines on n’aura pas besoin de faire nos valises pour rentrer de vacances. Car on n’est pas en vacances ici, mais bel est bien là pour un bon moment. J’ai hâte de trouver un travail, un rythme de vie quotidienne. Mais en tout cas c’est sur je profite de chaque instant ici.

 On découvre le quartier tout doucement, il y a plein de magasins autour. On a fait nos premières courses. Ce n’est pas un mythe la nourriture coute cher ici ! ^^ J’ai également repéré des parcs sympa où promener Bahïa quand elle arrivera. Ayant mis un peu de temps à me décider à la ramener, le protocole administratif et vétérinaire n’était pas prêt pour qu’elle parte en même temps que nous. Du coup la sœur de Max l’a gentiment accueillie jusqu’au 12 février date de son départ pour l’Australie. Elle atterrira à Melbourne où elle effectuera sa quarantaine de dix jours avant de venir à Sydney. Je ne vous cache pas que son voyage et sa quarantaine me stressent énormément mais j’arrive à ne pas trop y penser pour l’instant, il lui reste encore 3 semaines tranquilles avant d’attaquer son périple. J’ai vraiment hâte qu’elle arrive et de voir que tout s’est bien passé.

En tout cas, dès que l’appartement sera fini je vous ferai une petite présentation des lieux. D’ailleurs, j’avais fais des photos de mon salon à Caen avant de partir pour vous faire un petit article déco, il faut que je prenne le temps de le faire. Ça sera plus facile quand on aura internet à l’appartement mais promis je reprends le rythme du blog. Ça m’avait trop manqué !

Voilà en tout cas les premières sensations ici, j’ai hâte d’en découvrir d’avantage pour le partager par ici. Dès qu’on aura récupéré du décalage horaire !